Document de presse

 

France 3 Lorraine le 3 octobre 2008

 

Présentation  de l’ouvrage

 

"L’univers de Jean-Louis Trévisse, artiste peintre"

écrit par Christian Schmitt relate la vie et l’œuvre de son frère Jean-Louis Trévisse (1949-1998). En 96 pages abondamment illustrées, Christian Schmitt restitue le parcours créatif de Trévisse dense, riche et solidement documenté. Rien n'échappe à l'auteur passionné qui a commenté précisément chacune des 43 oeuvres représentées dans l'ouvrage.Une œuvre forte, percutante, surprenante par la diversité des styles.

Christian Schmitt réussit notamment à mettre en relief six périodes importantes du cheminement artistique de Jean-Louis Trévisse…

1) Illumination des maîtres de la peinture: 1963-1969

2) Le traumatisme fœtal : 1970-1975

3Sculptures et lavis : 198O-1981

4) Les acryliques à feu et à sang : 1982-1984

5) La période parisienne : 1983-1990

6) Le retour en Lorraine : 199O-1998

Ces différentes périodes nous révèlent l’univers « trévissien » dans toute sa diversité, sa complexité mais aussi sa complémentarité. Un univers violent, fracassant, explosif même où se devine toujours en filigrane le fracas d’Artaud affrontant le chaos. « Jean-Louis Trévisse aime A.Artaud, Artaud le Mômo, Artaud le refus, il aime cet homme comme on peut aimer une clameur ». (p.56)

Certes J.L.T. « n’est que le témoin ou le visionnaire d’un monde qu’il entrevoit, celui qui est à feu et à sang. Il ne cherche pas à expliquer, il fait sien le monde et cela de manière ontologique. Il est dans la modernité la plus absolue » (p.57).

Mais derrière ce monde visible qu’il traduit dans sa vérité la plus absolue, c’est sa doublure invisible que l’artiste nous offre. Véritable peintre métaphysique, Trévisse nous montre l’invisible dans une œuvre totale, une œuvre évènement-avènement.

 Bien qu’étranger à tout projet philosophique, JLT est pourtant très proche de la philosophie d’Husserl « pour revenir aux choses mêmes », de celle de Martin Heidegger dans le dévoilement de l’Etre et enfin de la quête du poète Henri Michaux qui tente de « crever la peau des choses »  pour montrer comment les choses se font et le monde se fait monde.

 Au-delà d’un simple travail de mémoire sur un créateur décédé prématurément à l’âge de 49 ans en 1998, l’auteur a voulu que la quête de son frère  «soit reconstituée et justement reconnue dans sa totalité» comme l’indique à juste titre Pierre Souchaud, Directeur de la publication d’Artension, dans l’avant-propos.

Sur l’ouvrage lui-même :

De format 21x28 cm, 96 pages, impression quadri sur couché mat, 200 gr, reliure cousue, couverture cartonnée. 75 clichés photographiques dont 67 concernent exclusivement des œuvres.

 

Prix TTC : 29€ + 5€ frais de port (dans le cas d'un envoi postal).

Disponible à la Librairie Géronimo 2, rue Amboise Thomas 57000 Metz (près de la Cathédrale), Hisler-Even, la FNAC, la Cour des grands (rue Taison), sur Amazon.fr, alapage.com, et sur commande dans toutes les librairies (Référence ISBN : 978-2-35532-030-9), chez l'éditeur (www.lelivredart.com ) ou sur le site de l'auteur ( www.espacetrevisse.com ).

 

L’éditeur :

 

 

Lelivredart est un service d’édition d’art pour artistes, galeries, musées et salons. Il permet l’édition et l’impression de catalogues d’exposition et de livres d’artistes, de beaux livres, de monographies…

(www.lelivredart.com)

Le partenaire privilégié de cet éditeur d’art est la revue ARTENSION, bimensuel d’information d’arts plastiques (www.artension.fr ). Ainsi « L’Univers de Jean-Louis Trévisse, artiste peintre » fait partie de la collection de ce magazine d’art.